• Franck 7 :épilogue.(n)


    < La révélation
     
    « Moi aussi »
     
    Il était dans un état entre la somnolence et le rêve, quand un chaste baiser fut déposé sur ses lèvres ;
    -Ca va pas ?
    -Georges ?
    -Georges ? Il y a bien longtemps qu’on ne m’a pas appelé comme ça.
    -Oh… j’étais perdu dans mes pensées.
    -tes pensées ?
    -En fait mes souvenirs. Je revivais notre rencontre. Et la raison pour laquelle je suis toujours en vie - Il eut un léger froncement des sourcils- Je n’ai vieillit que de dix ans environs en deux cent cinquante ans. Je suis d’apparence très jeune, mais j’ai l’impression d’être un vieillard. Je suis si fatigué.
    -Il faudra t’initié bientôt.
    -Ca me fait peur. Ca me rappelle quand…. Il se revoyait maintenu par terre de force obligé à boire le liquide visqueux. Herryck lui massa doucement les épaules puis il l’enlaça frottant sa joue contre la sienne.
    -Je sais. Mais tu verras, ça ce passera bien cette fois. Ce serra différent.
    -Et ça c’est bien passé ce soir ? demanda Franck Comme pour changer de conversation.
    -Oui comme toutes les fois
    -Il est mort ?
    -Bien sûr, je l’ai tué pour toi.
    -Il a souffert ?
    -Tu sais très bien que non voyons. C’est un de nos principes : Ne jamais faire souffrir ses proies. Et puis, la douleur, ça donne mauvais gout à la nourriture. Par contre je puis t’assurer qu’il à eut très peur.
    -Merci.
    Herrick déposa un baiser sur son front. Et se redressa.
    -De rien, ça fait une saleté de moins sur terre. Tiens regarde ce que j’ai trouvé. Dit-il en sortant la mais de sa poche. Il lui tendit un morceau de papier journal.
    Un article presque complet parlait d’une très jeune femme accusée à tord d’un crime qu’elle n’avait pas commis, et qui venait d’êtres remis en liberté après deux ans de prison pour rien. Etc...Etc...
    -C’est “elle’’ ?
    -Je crois bien que oui. Vu son passé vous devriez pouvoir bien vous entendre. Non?
    -Si bien sûr. Seulement, officiellement je n’ai pas eut se genre d’ennuis.
    -Une fois qu’elle sera initiée, il n’y aura plus de secret. Je crois que se sera pour bientôt. Dans moins d’un an, à peine plus, elle sera des nôtre. Bon sur ce … Je vais me coucher. Je commence à avoir sommeil. Tu viens ?
    -Je peux dormir avec toi cette nuit ?
    -Si tu veux.
    Herrick regarda longuement son ancien protégé dormir dans son pyjama préféré : celui avec les souris. Puis il enfila le sien, couleur rouge sang. S’installa entre les draps de satin noirs ; et s’endormi a son tour.
     
    Fin…….