• Franck 6: la révélation (n)

     

    < L'initiation
                                                                                                           
    -Alors comme ça vous êtes tous des … ?
    -Des Vampires. Oui. Je crois qu’on appelle ça comme ça en effet.
    Jérôme était en sueur et pourtant il semblait avoir froid. Il était resté prostré plusieurs jour durant. Un moment ils l’avaient même retrouvé coincé sous l’armoire. Une cachette bien dérisoire d’où il avait fallu le faire sortir par la force.
    -Et moi ? Je suis quoi maintenant ? Un vampire aussi ?
    -Non pas encore.
    -Pas … Encore ?
    -Non.
    -ARRETES DE PARLER COMME CA ! GEORGES ! Expliques moi ce qui m’arrive non d’un chien ! Pourquoi vous m’avez fais ça ? Hein pourquoi !
    -Parce que tu serais mort ! Et je ne voulais pas te perdre. Recouches toi, tu grelottes, tu va prendre froid. Tu ne peux plus mourir mais tu peux encore tomber malade.
    - Ca veut dire quoi ? Je ne peux plus… Vous êtes fous, vous êtes des malades. Les vampires n’existe pas. Et puis vous n’êtes pas comme eux.
    -Oh si nous existons belle et bien. Rien à voir avec le comte Dracula du roman, mais nous sommes réel. Nous mangeons normalement, nous pouvons sortir au soleil, quoique nous le craignons un peu, et nous n’avons pas besoin de cercueil pour dormir. Et comme tu l’a constaté nous pouvons entrer dans une église.
    -Alors ce que j’ai bu c’était bien … ?
    -DU SANG oui ?
    -De quel animal ?
    Georges répondit par un larges sourire. Et une mimique très explicite.
    -A ton avis ? Puis il lui montra son poignet bandé.
    -Oh seigneur… NE T’APPROCHE PAS DE MOI ! Geignit-il en esquissant un sanglot.
    -Je vais t’expliqué : Pour devenir l’un des nôtre il faut être mordu par l’initiateur et boire son sang ensuite. La morsure injecte, au bon vouloir du… mordant ? Un venin qui provoque en partie la transformation. Il faut ces trois étape pour être l’un des nôtre. Cela ce fait au court d’un rituel. Le déroulement de la cérémonie n’a pas trop d’importance en sois. Mais ça fait comme une sorte de baptême. Et la chose ne peut ce faire qu’avec deux êtres de sexes différents. Si je veux t’initier totalement et si, et cela est très important : tu le souhaite. Il me faudra initier une femelle qui devra t’initier à son tour. Les deux initiations pourront ce faire le même jour ou pas c’est toi qui décide. Mais il faudra bien la choisir, elle devra plaire au deux. Car ensuite nous sommes liées pour des siècles. Comme je l’ai été pendant près de trois ans avec Edgard et Eléanore qui m’a fait. Que décides-tu ?
    -Rien ?
    -Rien ? Soit ! Une autre question ?
    -Je suis QUOI ?
    -Un hybride.
    -Et … Qu’est ce que ça signifie ?
    -Ca veux dire que tu n’a pas l’âge requit pour être l’un des nôtres. Contrairement aux initié qui ne vieillissent pas du tout et qui jouissent d’une immortalité parfaite, toi tu continueras à vieillir mais beaucoup plus lentement qu’un humain. A condition que tu continue à boire de mon sang régulièrement. Ne prends pas cet air offusque jeune homme. Tu y as presque pris du plaisir.
    -C’EST FAUX !
    -Et sèches tes larmes !
    -Et si je ne bois plus ?
    -Tu mourra… Comme Amanda
    -…
    -Une autre question ?
    -C’est quoi ce surmon de “Torqué ?’’
    - C’est le diminutif de Torquemada ! Tu veux savoir pourquoi ? Avec les détails ?!Je ne suis pas sûr que ça te plaise. Jérôme sentit un frisson le long de son dos. Non il ne voulait rien savoir.
    -Et la question suivante ?
    -Tu lis dans mes pensées ? C’était plus une affirmation qu’une question.
    -Nous avons des pouvoirs. Tu en auras toi aussi. Et ça va te plaire. Crois-moi.
    -Tu lis dans mes pensées ?..................
    - D’accord !... Amanda était l’une des notre et un jour elle à décidée de ne plus se nourrir. Elle à beaucoup souffert au début mais c’était son choix, alors nous n’avons rien fais pour qu’elle reste. Alors elle à eut une vie normale. Elle nous a quittée elle s’est mariée, je crois même qu’elle à eut un fils. Puis … Elle a vieillit… et… voilà… c’était son choix.
    -J’aimais beaucoup Amanda.
    -Moi aussi.

     

    suite épilogue >