• le bestial suite 1

     

    Puis Le temps a passé, et personne n'osait en parler. Puis ça c'est tassé un peu. Jusqu'a ce matin où la Marion a eu une sale surprise peut être encore pire. que celle du Mathieu.  Le chien de Marion dormait dehors. Lorsqu'elle est sortie, elle l'a vu se diriger vers elle comme d'habitude. Mais cette fois ci, il avait moins d'ardeur que d'ordinaire. Et pour cause. Il se traînait plus qu'il ne marchait. Pour dire vrai, il rampait presque :

    Une grande partie de la patte arrière droite avait été arrachée et il avait l'abdomen déchiré.

    La pauvre Marion a cru devenir folle sur le moment.

    Comme elle ne pouvait faire soigner son chien, il a fallut l'achever. Et bien sûr, c'est moi qui a été chargé de l'enterrer. Et là aussi les blessures avaient une origine douteuse.

    A cette époque, j'ai cru que j'étais fou quand j'ai deviné par quoi les blessure avait été faites. Je ne voulais pas croire que j'avais découvert la vérité. Et pourtant, l'avenir me donna raison......

     

    A partir de ce jour, une sorte de folie s'empara des gens des alentours. Même la mère '' Bon-pain'' Qui , d'après ce qui ce disait, faisait dormir son chien dans son propre lit ! Oui M'sieurs-Dames ! La mère ''Bon-pain'' en personne !

     

    Personnellement, quand j'ai appris ça, je n'ai pas pu m'empêcher de rire. Honnêtement on aura tout vu !

    La mère Bon-pain comme son surnom l'indique, est, ou plutôt a été la boulangère du coin. Aussi bonne pâtissière que mégère accompli. Pardon ? Non non je ne me suis pas trompé, j'ai bien dit "mégère". Maniaque pour la propreté à un point qu'il est impossible de donner de comparaison. Disons seulement qu'il lui est arrivé de chasser des clients à coup de balai sur la tête et à coup de pieds au derrière, pour être entré dans son magasin, qu'elle astiquait à longueur de journée, sans s'être essuyé les pieds. Cette brave femme était exagérément maniaque sur la propreté et le rangement. Elle en a usé une bonne dizaine de maris qui l'ont tous quittée lassés de l'entendre hurler à longueur de journée.

    Il faut dire, qu'avec sa taille et sa corpulence imposante, il vaut mieux ne pas trop la contrarier. Quand on connais la mère Bon-pain comme je la connais, penser qu'elle couchait avec son chien, (qu'on ose à peine approcher à cause de son aspect et de son odeur épouvantable), et dans son lit en plus ! Alors qu'elle n'a jamais voulu le toucher et encore moins le laver ! On peut dire qu'un vent de folie était passé chez nous. Malheureusement bien que cette anecdote nous ai tous beaucoup amusés, il n'y avait vraiment pas de quoi rire. Si certain protégeaient leur chien où leur chat, d'autres allaient les perdre en forêt de peur qu'ils amènent le "démon" à la maison. Et comme les bêtes revenaient d'instinct auprès de leurs maîtres bien aimés, ceux-ci les tuaient purement et simplement.

    Les vieilles superstitions étaient revenues en masse. Des tas de bêtises commençaient à ce dire un peu partout. Puis, d'autres chiens ont été tués avec la même sauvagerie, régulièrement,par cycles lunaires.

     

    C'est à ce moment-là qu'on a commencé à dire vraiment n'importe quoi. Pour certains, la forêt  était pleine d'adorateurs de Satan qui sacrifiaient des êtres vivants les soirs de pleine lune au moment du sabbat." Pour l'instant ils s'en prenaient au chiens Mais bientôt ils s'en prendraient aux êtres humains"  D'autres, affirmaient que les démons viendraient nous surprendre dans nos sommeils pour nous arracher les yeux et les tripes du ventre afin de les offrir à des sorcières. D'autres encore ajoutaient que celles-ci mélangeaient ces ingrédients d'origine humaine avec de la poudre d'os, des excréments de chauves-souris, et de la pourriture de cadavre. Qu'elles en fabriquaient une mixture qui leur donnait le pouvoir de voler et de traverser la matière !  Quelles conneries ! Comme disait mon grand-père, n'importe quoi pourvu que ça fasse du bruit. Plusieurs racontaient aussi que les fantômes des animaux tués par ce que l'on avait surnommé : la bête, reviendraient les nuits hurler leur détresse aux portes de nos maisons et que nos vies deviendraient un véritable enfer . Ou bien encore que les esprits des chiens morts étaient désormais les esclaves des monstres de la forêt et qu'ils guideraient jusqu'ici des corps sans âmes qui nous dévoreraient vivant. J'en ai entendu des choses absurdes et des histoires toutes plus horribles les unes que les autres. Sans parler de toutes les recettes de sorcières énumérées par des imbéciles qui les inventaient de toutes pièces.

    Cela ne faisait qu'empirer de mois en mois, à chaque cadavre de chien découvert une folie plus grave s'abattait sur le village.

    Un jour Antonin, le fils André, m'a confié l'aventure qu'il avait eut la nuit précédente. C'était le cinquième mois après la mort de Wallou.

    Cette nuit là, il n'arrivait pas à s'endormir, il avait toujours été un peu nerveux les nuits de pleine lune qu'il m'a avoué cet abruti. Je lui ai conseillé de garder ça pour lui, de ne jamais en parler à personne. Avec le genre d'idée qui flottait dans l'air à l'époque, on ne savait jamais. Il m'a dit qu'il m'en parlait à moi car il pensait que j'étais la seule personne censée qui restait dans le village.

    Cette nuit là  comme il pouvait pas fermer l’œil il est sorti prendre l'air non sans avoir pris le fusil qui était suspendu au-dessus de la cheminée, et après l'avoir chargé. Il ne croyait pas trop à ces histoires de sorcières et de monstres sataniques. Comme ça au moins on était deux à être censés dans ce village. Mais il se méfiait surtout d'un loup un peu particulier. Peut être une sorte de mutant. Ou une sorte de croisement entre un loup et un autre animal.

    Il s'assit sur le banc devant chez lui, la clarté de la pleine lune l'effrayait et le rassurait en même temps. Elle l'effrayait à cause du mystère qui planait autour des chiens massacrés à cette époque, et elle le rassurait à cause de sa clarté et on y voyait très clair au-dehors surtout à cette époque de l'année

    IL commença à se rouler une cigarette. Le vent soufflait en provenance de la forêt . Et avec lui, il en apportait les bruits. Antonin entendait très clairement les feuilles des arbres et les cris d'animaux. Il ferma les yeux un instant et il s'amusa à reconnaître chaque bruit qu'il entendait comme quand il était gamin.

    Il écoutait: Le hululement des chouettes, ou de hiboux, les hurlements des loups...

    Ce soir là, les loups ne hurlaient pas comme d'habitude. Cette nuit là, les loups avaient peur !  Mais ce qui retînt le plus son attention, c’était un cri qui surpassait tout les autres. Il écouta plus attentivement, oui, c'était bien un loup, il en était  absolument sûr.

    Et pourtant....

     

     
     
     
     
     
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :