•  

     

     

    épilogue

     

     

     Ils avaient résolu l'affaire mais combien de temps allait prendre la restitution de l'enfant ? Il allait certainement être d’abord placé dans un foyer. Et cette femme qui avaient perdu plusieurs bébés ? Elle croyait avoir enfin le bonheur d'avoir un enfant. Et on allait le lui enlever. Quelle cruauté ! Et Maxime ? Allait-il attendre le dénouement inévitable de l'affaire, où allait-il partir maintenant que la vérité avait retrouver sa place ?

     

    Il eut la réponse le soir même.

    « trop tôt c'est trop tôt »

     

    La voix de la psy revint dans ses souvenirs.

    « Vous ne devriez pas vous attacher à cet enfant Mathias. Vous savez très bien comment cela va finir. »

     

    Grâce à lui et à Danica une mère allait retrouvé le bébé qu'elle croyait mort. C'était une bonne chose. Mais il était triste. Il avait réussit sa mission, et ainsi fait plaisir à son jeune visiteur.
    Maxime serait enfin apaisé. Mais Mathias savait ce que ça voulait dire, ce qui allait se passer.

    Il attendait, affalé sur le canapé, une bouteille de whisky à moitié pleine (ou à moitié vide?) sur la table basse attendait d'être terminée. Il était tenté, sans même prendre la peine de la verser dans un verre. C'était parfaitement stupide, il le savait . Mais se soir là, il comprit le sens profond de l'expression: ''avoir un goût amer dans la bouche ''.

    « Vous ne devriez pas vous attacher à cet enfant Mathias. »

    « Vous ne devriez pas vous attacher à cet enfant Mathias. Vous savez très bien comment cela va finir. »

    -Gréco ! Tout le monde m'appelle Gréco. Répondit-il à voix haute à cette voix qui tournait dans sa tête.

    -Pourquoi tu aime pas Mathias ? C'est un joli nom Mathias.

    La petite voix le fit se retourner. Il se leva et alla vers le petit fantôme transparent.

    -Tu l'a vu ma petite sœur ? Tu as vu comme est jolie ?

    -Oui je l'ai vue, elle est très jolie.

    L’enfant regarda Mathias longuement, le regard et le sourire plein de tendresse et de gratitude, puis d’un geste tendre, il lui envoya un baiser :

    -Toi, tu vas me manquer tu sais.

    Il sembla hésiter un court instant, lui tourna le dos, puis il s’éloigna en même temps que son image s’effaçait.

    Mathias se retrouva seul, le cœur chagrin, une larme coula le long de sa joue. Puis la voix brisée, il répondit :

    -Toi aussi, tu vas me manquer.

     

    Je peux compter sur toi? &9 épilogue

     

     

    FIN

     

     

    .

     

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique